Bill Douglas Trilogy

Mon enfance

un film de Bill Douglas (1972)

cine-concert de Eric Sterenfeld et Kate France

 

film-my-ain-folk

“On pourrait croire que je suis opposé à la compréhension, mais avec ce film il ne s’agit pas a priori de comprendre, mais de sentir. Et la particularité de ce film est que les deux ne peuvent pas, comme dans la structure classique, aller de pair.”  Bill Douglas

My Childhood et My Ain Folk, les premiers deux volets du trilogie de Bill Douglas retracent l’enfance et l’adolescence du cinéaste à Newcraighall, petit village de mineurs du sud de l’Écosse.

« Un film en noir et gris. Noir comme le charbon, gris comme l’enfance piétinée. Chef d’oeuvre  total. » Humanité

 » … déchirante trilogie de la jeunesse où la limpidité des cadrages rencontre dès l’introduction un sens aigu du tragique. » Cahiers du Cinéma

« Dans Mon enfance, avare en sons et en dialogues, Sterenfeld a eu l’audace d’y glisser sa musique électrico-instrumentalo-vocale. Une performance sobre et lyrique qui épouse le rythme plastique du film ; fait ressortir ses lignes de violence. Pas de fioritures, mais une composition subtile, parfois envoutante, qui souvent précède et installe les images et les émotions. Kate France ajoute à cette composition sa très belle voix, aussi à l’aise pour réinterpréter des chansons traditionnelles écossaises que la musique de John Cage. Nous connaissions et apprécions déjà grandement les créations musicales d’Eric Sterenfeld accompagnant aussi bien des ciné-tracts de 1968, le chef-d’œuvre soviétique d’Alexandre Medvedkine Le bonheur (1935) – Marker avait d’ailleurs remarqué et salué sa musique – ou le drame breton de Jean Epstein Finis Terrae (1929),mais il nous semble ici que le musicien a creusé plus loin encore sa galerie et trouvé une belle veine noire, en écho à son propre univers. » Tangui Perron

création au Magic Cinéma, Bobigny dans le cadre du festival BANDESaPART le 21 mars 2017 / production Ciné Festivals  Bobigny, avec l’aide de SACEM.

voir un extrait

dossier