CLEA Lens-Liévin

CLEA Lens-Lièvin

La communauté d’Agglomération de Lens-Liévin a sélectionné Ciel 56 pour participer dans son premier mise en place d’un Contrat Local d’Education Artistique, organisé en partenariat avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France (DRAC) et l’Éducation Nationale.

Pendant 4 mois, du février au juin 2018, cinq collectifs d’artistes seront en résidence sur le territoire et travailleront en concertation avec différents structures culturelles, éducatifs, sociales, ou médicales pour les amener à réaliser des gestes artistiques.

« Le CLEA a pour ambition de sensibiliser, faire découvrir et appréhender la création contemporaine à travers une approche concrète de l’art. L’objectif est de donner à voir et comprendre la démarche artistique et le processus de création de plusieurs artistes d’horizons différents. Les gestes proposés peuvent revêtir des formes variées selon le public et l’artiste : rencontres, ateliers de création, expérimentations, performances, etc… Le public est également amené à découvrir la production de l’artiste dans des lieux dédiés ou non (visites d’expositions, sorties spectacles). Le CLEA s’adresse aux jeunes de 3 à 25 ans et aux professionnels qui les accompagnent, en temps ou hors temps scolaire : enseignants, animateurs, éducateurs, travailleurs sociaux et médicaux, professionnels de la culture…»

Pour nous, cette résidence CLEA est surtout une histoire de rencontres De rencontres entre le territoire, les personnes et la création. Avec comme outils principaux la voix et la vidéo, nous proposons d’aborder la thématique « territoire et mouvements» par les histoires que l’on raconte, et par un questionnement autour du regard. Combiner récit et image pour revisiter ce qui nous est familier, et pour aller à la rencontre de ce que nous ne connaissons pas. Nous proposerons qu’on réfléchisse ensemble comment se mettre « en mouvement ». Parce que quand on est soi-même en mouvement, dans le sens le plus large, on voit autrement, on parle autrement, on entend autrement, on est prêt pour le rencontre.

Les gestes artistiques s’appuiera sur les premiers recherches et envies, et les transformeront en acte créatif. Comment ? Cela dépendra des rencontres. Une geste artistique peut être le travail d’un instant ou impliquer du temps de préparation. On imagine (par exemple) des longues marches, des manifestations citoyennes, des portraits vidéo, des chorales improvisés, des veillées, des repas, des projections plein air… mais on va sans doute en imaginer d’autres.

Premières promenades, terrils et lagunage

Quelques projets:

De la mine a la mer: un projet photo vidéo avec deux classes de CM2. A travers une journée sur le terril à Grenay et une journée sur la plage au Portel, on s’est posé la question: Comment peut on regarder le paysage? Qu’est-ce que cela nous fait ressentir? Comment le transformer? Comment se placer dedans? Qu’est-ce qui change quand on est chez nous et quand on est ailleurs? Un film de 10 minutes, à travers les photos des enfants et des phrases enregistrées, essaie de capter quelques uns de ces sensations.

Premiers pas avec les enfants, une approche par les 5 sens

land art à la mine et à la mer 

Lens, la nouvelle ville: avec une classe de 4e et leurs professeurs, on a travaillé sur l’espace public, comment ils le vivent et perÇoivent, et qu’est ce qu’ils aimeraient changer? Comment faire avec la présence du passé? Quelles aspirations pour le futur? Ils ont fait deux excursions dans l’espace public: une manifestation filmé dans les rues de Lens, et une séance de collage de grandes photos tirées du film sur les maisons vide dans la cité 12-14, en concert avec une classe de troisième qui ont travaillé avec Mikael Bernard (compagnie A Corps Rompus)

Préparations de pancartes pour la manifestation

Apres la manifestation , on colle des affiches sur les lieux concernés: ci-dessus la salle des Pendus de la cité 12 que les élèves souhaiteraient transformer en musée.

La Manif : un projet avec trois classes de 4e et leur professeur d’art plastique, l’atelier tout seul, l’association Avenir des cités, la ville de Harnes. Une manifestation comme acte artistique? Mais oui. D’abord : choisir sur quoi on veut s’exprimer : revendications politiques, sociales, personnelles, drôles, poétique, écologiques… Puis un travail de mise en forme de pancartes avec les graphistes Atelier tout seul. Et pour finir, la manifestation dans la ville de Harnes, avec micro, slogans, fermeture de rues, encadrement par la police… Comme disait un élève : « Ce n’était plus une classe qu’on était, c’était une manifestation. »

lien vers un reportage de la DRAC sur ce projet

Il vous faudra bien passer près des sirènes: projet texte/vidéo avec des personnes accompagnées au Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) de Liévin, le Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) de Lens et des habitants de la ville d’Avion.

Pour ce projet, 11 personnes de différentes origines qui vivent à Liévin ou à Avion, depuis longtemps ou depuis peu de temps et dans des circonstances très différentes, ont choisi une chanson, un récit ou un poème dans leur langue maternelle. Pour donner à entendre la musique issue d’horizons différents, pour parler de chez soi ou du manque d’un chez soi, pour évoquer la nostalgie, la mémoire, ou l’espoir. Ce film a été projeté au Louvre-Lens dans le cadre des journée Amnesty International, et le 20 juin au cinéma La Familia à Avion.

en savoir +

Mythological etchings : atelier de gravure dans le Louvre-Lens

Aix-Noulette petits et grands : un projet de promenade intergenerationnelle avec 6 classes d’un école primaire et leurs familles, en collaboration avec Mikaël Bernard. Plusieurs gestes imaginés avec les différents classes, dont un était : Les ancêtres. Chaque élève des deux classes de CE1 a ramené une vieille photo de famille et a interrogé leurs parents ou grands-parents sur l’identité de la personne, comment il ou elle a vécu. Chaque élève a ensuite écrit un texte et l’a enregistré. Puis nous avons mis en musique les enregistrements et fabriqué des masques à partir des photos pour une performance pendant la promenade.

 

Je est un autre: un projet avec deux classes de CE1, une centre social, le collectif Hexpress, la ferme Dupuich Mazingarbe. Dans ce projet, nous avons travaillé sur l’idée de « l’autre ». Les élèves sont venus assister à une représentation du spectacle Starling, qui parle de la migration avec la métaphore de l’oiseau. Dans la continuité du spectacle, ils ont fabriqué leurs propres masques d’oiseaux, en choisissant chacun un oiseau migratoire qui traverse le territoire. Puis les élèves ont traversé leur propre commune dans une balade artistique avec des évènements imaginés par leurs professeurs (lecture de poèmes, chansons, flashmob) et on a fini avec une version de « une goutte d’jus » chanté en version rap avec la chorale du centre social…

Fabrication de masques d’oiseaux